Bouquidy

 

     Le manoir, anciennement propriété de la famille Hindré, cousins de Louis Marie Grignion de Montfort,

est aujourd'hui désaffecté en communs agricoles.

  

Au fond de sa grande cour carrée autrefois fermée, à l'extrémité d'une rabine majestueuse,

le manoir a gardé sa forme massive du 17ème siècle.

Les communs sont en pierres rouges du pays de Montfort, comme le logis.

La porte d'entrée est surmontée d'un fronton de tuffeau en demi-cercle, au-dessus d'un linteau droit armorié.

Il s'agissait à l'origine d'un cadran solaire, on aperçoit encore l'encoche du style sur la table.

Le même arc en tuffeau se retrouve sur les deux fenêtres du rez-de-chaussée, encore protégées par leurs grilles de fer.

Les lucarnes en calcaire du Quiou sont ornées de pilastres ioniques.

Elles sont surmontées d'un fronton triangulaire avec ressauts.

Du fait de leur poids appuyant sur la charpente, elles se sont inclinées vers la toiture. 

 

 

 

Un des frontons est daté de 1655.

Il est également gravé du nom de famille "Hindré".

 

Souche de cheminée en granit, ornée de 5 ressauts

A l'arrière du bâtiment, une tourelle à la couverture en poivrière contient l'escalier à vis.

On peut la rapprocher de celle du manoir de la Ville-Eon.

  

La tourelle a été frappée par la foudre, elle menace ruine

 

L'escalier à vis, en chêne, mène aux étages

La belle charpente de la tour

La cheminée de la salle basse, au rez-de-chaussée, est encadrée de beaux piédroits moulurés.

Le manteau est en pierre calcaire.

la cheminée de la cuisine au rez-de-chaussée, possède des montants en pierre rouge de la région.

Dans la cuisine, une porte située au milieu du mur arrière mène à la réserve.

Face à l'entrée, la porte d'accès àux étages.

La cloison de gauche, en lambris, est postérieure à la distribution d'origine.

L'accès aux étages se faisait directement depuis la salle basse.

 Image inversée, l'entrée vue depuis la tour.

L'escalier en chêne

Lucarne dans la tour avec ses volets intérieurs.

Situé dans la tour, le palier d'accès aux chambres du premier étage.

Une troisième porte murée, à gauche, pourrait correspondre aux latrines.

En bois et torchis, cloison de séparation des chambres du premier étage

Les cheminées des chambres du premier étage.

Palier du deuxième étage avec portes d'accès aux chambres à lucarnes, sous la toiture.

Le parquet d'origine, en épaisses planches de chêne 

 Au milieu d'une exploitation agricole moderne, le manoir (photo Google Earth).

 

 

 En bas de l'escalier, un vaisselier encastré dans le mur.

 La partie basse est en palis de schiste,

le haut est en bois, avec des portes, sans doute un garde-manger.

 

Vue aérienne Google Earth.

Au milieu de l'exploitation agricole moderne, le manoir de Bouquidy.











.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site